Géobiologie de l'habitat

Votre habitat

La situation énergétique de votre habitat a une très grande importance dans la vie de tous les jours.

Nous pouvons définir :

*Les emplacements des veines d'eau, sources...

*Les passages de failles ou cassures de l'écorce terrestre

*Les rayonnements telluriques défavorables (rayons Hartmann, Curry..)

*Les valeurs du champ électrique 50Hz au voisinage des lits et lieu de repos

*Les valeurs du champ magnétique BF au voisinage des lits et lieu de repos

*Les valeurs des champs électromagnétiques HF ( GSM, téléphonie sans fil DECT, Wifi..)

*Quantifie l'énergie vitale des différentes pièces

Nous vous conseillerons sur les zones à éviter et vous déterminerons les zones positives.

Nous mettrons éventuellement, si nécessaire, un harmonisateur en place (si pas de zones positives correctes ou zones négatives à annuler)

Nous ferons une synthèse de l'harmonisation réalisée dans votre habitat avec vous même et vous remettrons un croquis de votre maison avec les résultats trouvés.

Ce travail sera effectué à l'aide des baguettes, pendules et graphiques en géobiologie sensitive et avec les appareils de mesure de champ électrique.


 Nous contacter :

Par téléphone :   06.72.65.62.69

Par mail : michel.friedel@neuf.fr




 



Votre futur terrain

Avant d'acheter votre terrain de construction

Vous souhaitez connaître la situation énergétique du terrain.

Nous pouvons vous définir :

- Les emplacements des veines d'eau, sources...

- Les passages de failles ou cassures de l'écorce terrestre

- Les valeurs du champ électrique et magnétique 50Hz

- Les valeurs des champs électromagnétiques HF ( GSM )

- Les zones à éviter et surtout vous conseiller sur les zones positives

Nous ferons une synthèse des valeurs rencontrées et vous remettrons un croquis du terrain avec les résultats trouvés vous permettant ainsi de travailler dans de bonnes conditions pour la réalisation de votre plan.

Nous contacter :
Par téléphone : 06.72.65.62.69

Par mail :  michel.friedel@neuf.fr


*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*